Bonnes pratiques agricoles

De bonnes pratiques agricoles peuvent avoir de nombreux  effets positifs

L’adoption de bonnes pratiques agricoles (BPA) par les agriculteurs forge des liens entre ceux-ci et les  marchés et améliore leur gestion agricole, entraînant des retombées positives sur le revenu des agriculteurs, la qualité des produits, l’environnent et la santé des agriculteurs.

Théorie et pratique : la mise en oeuvre des principes de BPA ne va pas de soi

Si, en théorie, les principes de BPA sont clairs (voir par exemple : Bonnes pratiques agricoles de la FAO), la mise en oeuvre de ces pratiques n’est pas toujours simple. Les agriculteurs, soit n’ont pas les moyens, soit n’ont pas les connaissances nécessaires pour adopter de nouvelles partiques. Et souvent, l’environnement institutionnel  est peu propice aux BPA.

Il existe un grand nombre de normes publiques et privées : comment choisir ?

En outre, il existe une multiplicité des normes tant publiques que privées ; comment un agriculteur choisit-il la norme à adopter? Avoir accès au marché international de manière appropriée suppose des politiques et des institutions d’appui favorables.

Nous nous concentrons sur l’interface public – privé : innovation, développement de capacités et technologie

Nos activités sont axées sur l’interface entre les initiatives publiques et privées, la suppression des obstables à travers des processus d’innovation, le développement des capacités, ainsi que l’offre de solutions techniques, de manière à permettre aux agriculteurs, aux institutions et aux décideurs de créer un environnement propice à l’adoption de bonnes pratiques agricoles.