Conflits, catastrophes & reconstruction

Ce que nous faisons

Le groupe universitaire ‘Etudes des Catastrophes’ et le Centre du Développement et de l’Innovation de Wageningen UR ont lancé en 2012 un programme conjoint intitulé Conflits, catastrophes et reconstruction. Ce programme veut aider les partenaires et clients à répondre aux complexités du renforcement du développement dans les zones affectées par la crise. Ceci se fait au travers de la recherche interactive, du développement de capacités et de formation, et de l’appui à l’élaboration de politiques et au dialogue. Nous appuyons les processus multi-acteurs dans leur prise de décision en vue d’une meilleure gestion de l’environnement social et physique, même dans des conditions difficiles.

Nous appuyons la politique et la pratique

Des millions de personnes sont affectées tous les ans par des conflits et des catastrophes. Dans de nombreuses parties du monde, les crises humanitaires perdurent ou deviennent même semi-permanentes. La fragilité politique et institutionnelle peut avoir un effet déstabilisant à long terme, et les conflits se transforment souvent, pendant de longues périodes, en situation de ni-guerre, ni-paix. Les catastrophes naturelles affectent la production agricole – déjà affaiblie par la pression démographique, le changement climatique, la dégradation de l’environnement et la récession économique – et peuvent contribuer à une situation d’insécurité alimentaire durable. Toutefois, les crises présentent également des opportunités de développement, de renforcement des capacités et de consolidation de la résilience. Nous appuyons les partenaires dans l’identification de ces opportunités et dans la transformation des conflits et des catastrophes en changements positifs. Ces mutations peuvent se refléter dans l’amélioration du cadre de politique, la contestation des modes habituels de mise en oeuvre des programmes, le renforcement des organisations et l’innovation dans la pratique.

Nous sommes attachés au développement dans les situations de crise 

Les personnes et les communautés en situation de crise conservent des capacités de survie, d’initiative, d’innovation et d’ordre institutionnel. Elles trouvent les moyens d’affronter la crise et aspirent à mener une vie normale au sein de la crise. Les agences gouvernementales, non-gouvernementales et privées peuvent s’appuyer sur ces dynamiques pour réaliser les objectifs de développement. La crise a également pour effet d’intensifier les processus politiques et les luttes de pouvoir. Renforcer le développement en situation de crise suppose une sensibilité à ces dynamiques. Les relations entre les sexes subissent également des mutations significatives dans les situations de crises, de sorte qu’une approche genre est également requise.

Nous combinons la recherche la formation et l’action

Ce programme rassemble des spécialistes universitaires du groupe ‘Etudes sur les Catastrophes’ et des spécialistes du développement de capacités et de l’appui aux politiques, du CDI. Nos initiatives mettent à profit un éclairage analytique sur les causes et les dynamiques des crises, la façon dont elles affectent la vie des populations et réorganisent leurs institutions et leurs sociétés, et le fonctionnement de divers mécanismes d’intervention – parmi lesquels l’action humanitaire, la réduction des risques en cas de catastrophe, la consolidation de la paix, la reconstruction et le développement. Ces initiatives se concentrent sur le développement institutionnel et la réconciliation, sur la promotion du dialogue et sur l’obligation de rendre des comptes (redevabilité). En outre, une expertise approfondie dans des secteurs vitaux tels que les moyens d’existence et l’agriculture, la gouvernance et la gestion de ressources naturelles - forêts, zones humides et ressources halieutiques- est combinée à des compétences en matière de facilitation des processus, d’engagement des parties prenantes, de formation et de courtage at partage de connaissances.

À quoi nous croyons

La recherche interactive, qui combine la rigueur académique au dialogue avec les parties prenantes, constitue les bases d’une approche intégrée de la production de connaissances et de son utilisation dans la politique et la pratique.